La consommation de papier est toujours en hausse

Dès l’arrivée des ordinateurs, c’était magnifique on allait réduire la paprasserie!

Et bien ce n’est pas le cas, c’est même pire!

Le papier recyclé, la résolution du problème pas si sûr, la transformation consomme de l’énergie, donne des déchets et du CO2.

Laissez parler Les p’tits papiers
A l’occasion Papier chiffon
Puissent-ils un soir Papier buvard. Vous consoler

Laisser brûler Les p’tits papiers
Papier de riz Ou d’Arménie
Qu’un soir ils puissent Papier maïs. Vous réchauffer

Un peu d’amour Papier velours
Et d’esthétique Papier musique
C’est du chagrin Papier dessin. Avant longtemps

Laissez glisser Papier glacé
Les sentiments Papier collant
Ça impressionne Papier carbone. Mais c’est du vent

Machin Machine Papier machine
Faut pas s’leurrer Papier doré
Celui qu’y touche Papier tue-mouches. Est moitié fou

C’est pas brillant Papier d’argent
C’est pas donné Papier-monnaie
Ou l’on en meurt Papier à fleurs. Ou l’on s’en fou

Régine. Paroles et Musique1965 : Serge Gainsbourg

Publicités

Véronique Sanson Rien que de l’eau

Elle, rappelle-toi comme elle est belle
Et touche-la : elle sent le sel.
C’est un don miraculeux.
Elle, c’est la naissance de la gabelle,
C’est l’oubliée des infidèles
A la terre des futurs vieux.

Rien que de l’eau, de l’eau de pluie,
De l’eau de là-haut
Et le soleil blanc sur ta peau
Et la musique tombée du ciel
Sur les toits rouillés de Rio.

Toi, tu te caches dans les ruelles
Et comme un païen qui appelle
Les Dieux pour qu’elle t’inonde.
Elle, oh tu sais elle a le temps :
Elle est là depuis mille ans,
Elle te suit comme une ombre.

Rien que de l’eau, de l’eau de pluie,
De l’eau de là-haut
Et le soleil blanc sur ta peau
Et la musique tombée du ciel
Sur les toits rouillés de Rio.

Elle, en attendant l’orage,
Elle te pardonnera ton âge
Et l’argent de tes cheveux.
Elle, tu ne peux pas te passer d’elle,
Tu ne vivras jamais sans elle.
Tu n’auras que de l’eau de tes yeux.

Rien que de l’eau, de l’eau de pluie,
De l’eau de là-haut
Et le soleil blanc sur ta peau
Et la musique tombée du ciel
Sur les toits rouillés de Rio.

http://www.veronique-sanson.net/index.php

Citations Heureuses

Heureux d’être. D’être quoi? D’être simplement.

Julien Green.

Heureux l’homme quand il n’a pas les défauts de ses qualités.

Félix Dupanloup.

Heureux ceux qui ont une lyre dans le coeur et dans l’esprit une musique qu’exécutent leurs actions.                                                            Joseph Joubert.

Heureux ceux qui pleurent, car il n’est pas de larmes impures. En chacune d’elles brille un fragment d’éternité, toute larme a sa source dans un autre monde.

André Frossard.

J’ai décidé d’être heureux, c’est bon pour la santé.

Voltaire.

 

J’ai créé un blog sur les tournaisiens et les tournaisiennes connus

http://tournaisiensettournaisiennesconnus.skynetblogs.be/

L’amitié entre un homme et une femme

C’est possible?

Peut-être, oui!

Mais je pense qu’il ne faut pas d’attirance physique ou intellectuelle entre les deux!

 

Extrait de « Pleure un bon coup ma p’tite Véro » de Francis Lalanne!
Si t’as le moral à zéro
Ton cœur l’est pas encore rouillé
Si tes joues sont mouillées
Petites gouttes de douleur
Qui transportent un peu de malheur
Un peu de ce mal qu’est en nous
Qui vient on sait pas d’où
Faut pas garder tout ça pour toi
Tu sais quand tu as froid j’ai froid
Et même si t’avais pas pleuré
J’aurais tout deviné
A te voir j’aurais tout compris
On la fait pas à un ami
T’as pas peur verse dedans moi
Ce qui déborde en toi
Pleure un bon coup ma p’tite Véro
Si t’as le moral à zéro
Dis-toi qu’cette fois c’est la dernière
J’ai le cœur comme une ornière

Florent Pagny Là où je t’emmènerai

C’est au bout du regard
Là ou les bateaux quittent la mer
Là, où l’horizon est tellement plus clair
Sous la belle étoile celle qui te dit que la vie ici
ne sera jamais rien que ton amie

C’est au fond de tes yeux
là, où le monde effleure tes rêves
Là, où le bonheur n’est plus un mystère

C’est là que je t’emmènerai sur la route
et si le soleil le savait
mais j’en doute, il viendrait
Là, où je t’emmènerai
Aucun doute, il s’inviterait
pour nous éclairer

Nous longerons la mer
nos vie couleront sans un hiver
comme un matin d’été, un courant d’air
Et tout au long de ta vie
que s’écarte les nuages
je serais là à chaque fois que tu auras besoin de moi
Regarde là-bas

C’est là que je t’emmènerai sur la route
et si le soleil le savait
mais j’en doute, il viendrait
Là, où je t’emmènerai
Aucun doute, il s’inviterait
pour nous réchauffer
pour nous accompagner

Là où je t’emmènerai
Aucune peur, ni aucun doute
Le monde est toujours en été
Pas de douleur et pas de déroute
C’est là que je t’emmènerai
Sur ma route
pour te réchauffer et te protéger
Sans t’étouffer
Je t’emmènerai

http://www.florentpagny.net/